Pastorale Solidarité Condition des femmes Réseau des répondantes à la condition des femmes

Réseau des répondantes à la condition des femmes

Le Réseau des répondantes à la condition des femmes est un groupe de femmes mandatées par leur évêque et partenaire du conseil Église et Société de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec.

Le réseau vise à promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes au sein de l’Église catholique ainsi que le développement de la coresponsabilité à l’intérieur des structures sociales et ecclésiales.

Le Réseau des répondantes diocésaines est un lieu de solidarité. Pour remplir ce mandat, les répondantes s’appuient sur leur foi en Jésus Christ et son message de justice, d’égalité, de respect de la dignité humaine et du comportement de Jésus à l’égard des femmes. Ainsi, pour ces femmes, la reconnaissance et l’engagement pour le respect des droits ne sont pas seulement d’ordre moral, ils sont aussi d’ordre théologal.

« Il n’y a plus ni juif ni païen, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus. » (Galates 3,28)

UN BREF HISTORIQUE :

En 1978, la parution du document du Conseil du statut de la femme intitulé « Pour les Québécoises : égalité et indépendance » mène à une réflexion qui a des répercussions dans l’Église du Québec. En 1981, le Comité des affaires sociales de l’Assemblée des évêques du Québec recommande que chaque évêque désigne une répondante diocésaine pour sensibiliser les divers milieux à la condition des femmes dans la société et dans l’Église. En mai 1984, les répondantes diocésaines se regroupent entre elles pour la première fois; c’est la naissance du réseau. En novembre 1988, elles ont pris le nom de « Réseau des répondantes diocésaines à la condition des femmes ». (Extrait du dépliant du Réseau)

Au diocèse de Québec, la première répondante nommée par Mgr Louis Albert Vachon en 1981, fut Mme Annine Parent-Fortin. Mme Huguette Labrecque fut nommée de septembre 1990 à juin 2013 et moi-même, Thérèse Duval depuis 2014.

LES PRINCIPAUX DOSSIERS QUE NOUS PORTONS:

  • La coresponsabilité en Église
  • Le langage épicène (inclusif) en Église
  • La traite humaine avec le Comité d’action contre la traite humaine, interne et internationale (CATHII)
  • Journée du 8 mars (sensibilisation et manifestation de solidarité)
  • Action québécoise sur la violence faite aux femmes, 6 décembre
  • Maintien du dossier « Violence en héritage »