Pastorale Solidarité Condition des femmes La coresponsabilité en Église

La coresponsabilité en Église

La coresponsabilité en Église n’est pas un sujet nouveau. Depuis 1986, la culture partenariale axée sur le partenariat hommes/femmes en Église s’est élargie à cette réalité de faire ensemble, personnes laïques, hommes et femmes, personnes mandatées, religieux, religieuses et ministres ordonnés.

Partenaires en Église

Nous portons toutes et tous la responsabilité de la Mission de l’Église, selon nos différents appels, selon nos dons, selon nos talents respectifs pour exercer différentes fonctions dans nos communautés chrétiennes et dans nos milieux de vie. « Personne n’a été baptisé prêtre ou évêque » mais bien en tant que laïc, « un signe indélébile que personne ne pourra jamais effacer ».[1]

Appelés par l’Esprit à devenir disciples-missionnaires. Ceci n’est pas une nouveauté, et dans la suite du Concile Vatican II « la vocation du fidèle laïc est une véritable vocation qui découle du baptême, grâce auquel il participe, pour sa part, à la triple mission de Jésus-Christ : sacerdotale, prophétique et royale ».[2]

Développer une culture partenariale dans nos communautés et dans nos communions de communautés, c’est accepter de prendre le risque du changement, de voir, de penser, d’agir, de travailler autrement, de faire route ensemble. C’est construire une Église, des communautés chrétiennes de plus en plus vivantes en étant « conscients d’être au service d’une mission reçue » [3]. C’est un renversement de notre manière de penser et de fonctionner. Parler de culture partenariale, c’est reconnaître que l’Esprit fait signe à l’Église de Dieu pour la revivifier.

Être partenaire suppose la compréhension de la mission avec des attitudes et des aptitudes à vivre et à développer, telles que l’égale dignité des partenaires, le respect, la confiance, l’humilité, la liberté, la solidarité, l’attention aux autres, l’ouverture d’esprit, la réciprocité, l’interdépendance, l’accueil des idées et des capacités de l’autre, de ses talents, de sa créativité, une participation au processus décisionnel, une imputabilité.

Enfin, être « Ensemble pour la Mission »

 

[1] http://stpierrestpaul06.canalblog.com/archives/2016/04/28/33734645.html
[2] Cardinal Rylko, «Prêtres et laïcs dans la mission», Zénit.org, 8 février 2010
[3] Mgr Pierre Morissette «Faire route ensemble»