Un lancement du tonnerre

Eh oui ! L’année pastorale est bel et bien lancée. Le 8 septembre, jour où l’Église célèbre la nativité de la Vierge Marie, 350 mandatés, prêtres et laïcs venus des quatre coins du diocèse de Québec ont participé, au Montmartre canadien, au lancement de l’année pastorale. Quelle formidable journée ! Il fallait voir la joie, les larges sourires rayonnant sur les visages qui se rencontraient et fraternisaient !…

L'abbé Pierre Gastonguay

M. l’abbé Pierre Gastonguay, d’une main de maître, anime l’assemblée, tandis que deux virtuoses de la musique, M. l’abbé Patrice Vallée, au piano et à la guitare, M. l’abbé Robert Lebel qui chante et dirige les chants. Le thème de cette journée : « Faire route avec le monde… pour y révéler l’Évangile… » Après les mots de bienvenue, M. l’abbé Pierre commente deux mots clés, du thème : faire route et révéler. Puis, c’est le chant Prenons la route ensemble, c’est Dieu qui nous conduit. Il cède ensuite la parole à Mgr Gérald Cyprien Lacroix, notre archevêque, qui nous dit sa grande joie de cette rencontre des mandatés et développe les deux autres mots clés, le monde et l’Évangile.

Pour ce faire, Mgr l’archevêque commente brillamment le passage où il est question de la rencontre de Philippe et de l’eunuque (Actes 8, 26-40.) Voici seulement quelques passages du très riche exposé qu’il nous a donné : « On voit alors ce qui se passe quand quelqu’un se laisse déranger, se laisse guider par l’Esprit et accepte d’ouvrir sa bouche et de témoigner de sa foi.» « Jésus a toujours pris les gens où ils étaient… Dieu t’aime tel que tu es, mais il refuse de te laisser comme ça… Il te veut plus heureux, plus saint, plus réalisé. »

Mgr nous explique aussi le sens de l’hameçon qu’il porte sur son veston : « Faire route avec les gens, un à la fois, on n’attrape pas les gens, (comme dans un filet), nous dit-il, on veut les attirer à Celui qui est la Voie, la Vérité, la Vie.»

Puis M. l’abbé Yves Guérette avec son charisme, sa flamme habituelle a répondu à la question que lui avait suggérée Mme Marie Chrétien, coordonnatrice du Service de Pastorale : « Comment en s’appuyant sur l’Alliance dans la Bible, on peut renouveler notre manière d’annoncer l’Évangile au Québec ? » C’est avec brio que M. l’abbé Yves s’est acquitté de cette tâche en nous montrant comment Dieu désire vivre en communion avec l’humanité. « Le thème de l’Alliance traverse de bord en bord les pages de la Bible », dit-il. Puis il brosse le tableau de quatre alliances : avec Noé, Abraham, Moïse et Jésus-Christ. Quand Dieu conclut une Alliance, c’est toujours à travers un désert, commente-t-il.

C’est à la fin d’un désert de 40 jours et de 40 nuits que Dieu choisit de conclure son Alliance avec Noé, sauvé par le bois de l’arche. J’ai particulièrement goûté cette réflexion de l’abbé Yves tirée des spirituels, des contemplatifs : « Le Jardin de l’Éden ne peut se trouver qu’à un seul endroit, dans le cœur de l’être humain, dans ce lieu sacré que Dieu a établi en nous, où il a planté l’arbre de vie, au centre de notre existence. On retrouvera dans l’Évangile l’arbre de la croix et Dieu ayant semé en nous des arbres tous plus beaux et bons à manger les uns que les autres, nous a établis à l’intérieur de nous-mêmes, là où l’on peut le rencontrer parce que dans ce jardin, il marche, dit le récit, et Dieu parle. Or combien il est difficile (pas pour vous, mais pour moi) d’habiter ce qu’il y a de plus intime en moi! Et d’habiter mon intériorité. Parce qu’il y a, dans le cœur de l’être humain, des forces anarchiques qui nous tentent en nous faisant entendre cette curieuse voix qui nous fait croire que c’est par nous-mêmes qu’on pourra s’organiser, que c’est par nous-mêmes qu’on trouvera la paix véritable en s’autoproclamant ministre de notre propre salut. »

À suivre…