Réfugiés : prions et agissons

Vitrine_refugiest

L’Église catholique de Québec propose une célébration eucharistique en communion avec les réfugiés en Europe et partout à travers le monde le mardi 22 septembre à 16 h 30, à l’église du Très-Saint-Sacrement (1330 Chemin Sainte-Foy à Québec) qui est aussi le sanctuaire de la paix dans notre diocèse. Un temps de prière pour nous inviter à agir concrètement en venant en aide aux populations en fuite devant la guerre qui ravage plusieurs parties du monde.

Le mardi 22 septembre sera le jour où le pape Francois voyagera de Cuba aux États-Unis, dans le cadre de son voyage apostolique du 19 au 28 septembre 2015. Le Pape évoquera sans doute cette crise migratoire durant cette visite qui le mènera le 25 septembre au siège de l’Organisation des Nations Unies à New York, puis à la Rencontre mondiale des familles les 26 et 27 septembre à Philadelphie. Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, sera conférencier à cet événement et enverra un message vidéo pour le début de la célébration à Québec, laquelle sera présidée par Mgr Gaétan Proulx, évêque auxiliaire à Québec.

Pour le cardinal Lacroix, « Jésus Christ nous invite sans cesse à porter secours à notre prochain dans le besoin. Les catholiques de l’Archidiocèse de Québec feront leur part pour participer à cette mobilisation internationale qui démontre de quelle empathie est capable la famille humaine. »

Dans son message du 9 septembre dernier Réagir comme catholiques à la crise des réfugiés, le président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), Mgr Paul-André Durocher, invite la population catholique à agir de sept façons très concrètes (document consultable à l’adresse suivante http://www.cecc.ca/site/frc/salle-de-presse/declarations-et-lettres/4270-reagir-comme-catholiques-a-la-crise-des-refugies).

Voici ces 6 propositions résumées et proposées pour l’Archidiocèse de Québec

1- Parrainer ou accompagner une famille de personnes réfugiées

L’Église catholique de Québec invite les groupes et individus désirant parrainer une famille de personnes réfugiées à contacter le Comité des réfugiés Saint-Louis-St-Yves. Ce groupe existe depuis 36 ans (initialement pour accueillir des réfugiés venant des pays du Sud-est asiatique) grâce à l’initiative de Gilles et Claire Jolicoeur et de la mobilisation de beaucoup de bénévoles. C’est un processus à long terme et les membres du comité peuvent grandement aider à démarrer le processus et remplir les formulaires.

Si le soutien financier n’est pas possible, le comité a aussi grandement besoin d’accompagnateurs et accompagnatrices pour ces familles.

Pour joindre le comité : Pierre Sarault, 418-653-9439 ou pierresarault@yahoo.ca

2- Faire un don.

Trois organismes nationaux à soutenir :
Développement et Paix http://www.devp.org/

Aide à l’Église en détresse – Canada http://www.acn-aed-ca.org/

CNEWA (Association catholique d’aide à l’Orient) Canada, http://www.cnewa.ca/

Pour le parrainage à Québec, nous vous invitons à soutenir le Comité de St-Yves et Saint-Louis-de-France, qui vient tout juste d’accueillir quelques familles d’Afghanistan, veuillez faire parvenir votre chèque à 1576, route de l’Église, Québec, Québec, G1W 3P5.

Des reçus peuvent être émis par ces 4 organismes.

3- S’engager politiquement.

Nous souscrivons à l’approche des évêques du Canada : « La réponse à une grave situation d’urgence est toujours plus efficace lorsque les gouvernements, les collectivités locales et des citoyens engagés travaillent ensemble. La campagne électorale fédérale en cours est le moment propice pour demander aux candidats et à leurs partis ce qu’ils comptent faire pour les réfugiés, s’ils sont portés au pouvoir. »

4- Combattre la peur et les préjugés.

De la lettre de la CECC : « Entre autres lourds obstacles qui se dressent devant les réfugiés en quête de protection et d’un abri, il y a l’apathie, l’indifférence, les craintes et les préjugés dans les pays où ils cherchent refuge. Quand la peur habite notre cœur, notre porte reste fermée à l’autre dans le besoin. Nombre de réfugiés syriens sont chrétiens ou membres d’autres minorités religieuses, mais la majorité d’entre eux sont de religion musulmane. » Voici d’ailleurs un outil pastoral pour aider les catholiques à mieux comprendre l’islam et nous ouvrir au dialogue :https://www.ecdq.org/wp-content/uploads/2016/09/CCCB_Muslim_FR_web.pdf

5- Demeurer mobilisé.

De la lettre de la CECC : « Il y a actuellement quelque 13 millions de réfugiés dans le monde, dont quatre millions sont originaires de Syrie. Les problèmes qu’ils affrontent sont immenses, et la solution à cette crise ne sera ni facile ni rapide. Les efforts que nous mettrons à travailler avec les réfugiés doivent être axés sur le long terme afin qu’on puisse les traiter avec justice et que notre monde puisse retrouver la paix. » Les enjeux touchant l’aide aux réfugiés demeureront importants même quand la crise migratoire actuelle ne fera plus la manchette.

6- Méditer l’Écriture, jeûner et prier

De la lettre de la CECC : « S’unir à Dieu dans son appel à la solidarité et à la compassion, par la méditation de l’Écriture, la prière et le jeûne, fait naître l’espérance, renforce notre amour du prochain et approfondit notre engagement pour la justice et la charité. L’Écriture, la prière et le jeûne nous indiquent comment la foi conduit aux bonnes œuvres. » La messe du 22 septembre à 16 h 30 à l’église Saint-Sacrement sera un temps privilégié de prière en communauté. Toutes et tous sont les bienvenus.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here