Un temps de grâces

Quelle merveilleuse soirée j’ai passée samedi 15 septembre ! Pendant quelques moments, j’ai cru revivre les J.M.J. de Toronto. En ouvrant mon ordinateur pour faire une recherche, je suis arrivée par hasard, pardon, pour un croyant, il n’y a pas de hasard mais la Providence. Je suis donc tombée sur la transmission de la veillée de notre Saint Père le pape Benoît XVI avec les jeunes du Liban. Près de 25, 000 jeunes venus de tout le pays et même de Homs en Syrie prenaient place dans l’immense esplanade du patriarcat maronite de Bkerké, au nord de Beyrouth. Un enthousiasme, une joie communicative émanent de ces jeunes qui dansent, chantent, acclament le Pape, en intercalant à leur chant : « Benoît XVI, nous t’aimons, Benedictos ! » Un décor féérique, sous un soleil couchant, un immense ballon en forme de chapelet flotte dans le ciel ; on peut apercevoir aussi un grand drapeau syrien parmi ceux du Liban et du Vatican qu’agitent les jeunes.

À 18 h, pendant que les applaudissements, fusent de toutes parts, le Pape tout sourire fait son entrée, en papamobile. Appuyé sur une canne, il gravit les marches qui le conduisent au fauteuil qui l’attend. Des chefs religieux de plusieurs confessions différentes prennent place près de Benoît XVI. Des jeunes, portant des chandails blancs où est imprimée la photo du Pape, défilent portant une réplique de la croix des J.M.J. Ils la hissent ensuite sur le podium.

C’est une célébration de la Parole, introduite par le patriarche d’Antioche des maronites, Sa Béatitude Béchara Boutros Raï, qui ouvre la soirée.

Deux jeunes, une jeune fille et un jeune homme se font le porte-parole de la jeunesse du Moyen-Orient pour faire part, à Benoît XVI, de leurs craintes pour leur avenir, mais aussi de leur foi. Le jeune homme a même exprimé le désir que soit célébrée à la même date la fête de Pâques pour les catholiques et les orthodoxes.

Dans son allocution, le Pape a souligné qu’il connaissait les problèmes que les jeunes devaient affronter. Il leur a dit entre autres : « Vous avez une place privilégiée dans mon cœur et dans l’Église tout entière car l’Église est toujours jeune ! L’Église vous fait confiance. Elle compte sur vous. Soyez jeunes dans l’Église ! L’Église a besoin de votre enthousiasme et de votre créativité ! » Benoît XVI s’est adressé aussi aux jeunes musulmans qui étaient présents et les a remerciés : « Vous êtes avec les jeunes chrétiens l’avenir de ce merveilleux pays et de l’ensemble du Moyen-Orient. Cherchez à le construire ensemble. Et lorsque vous serez adultes, continuez de vivre la concorde dans l’unité avec les chrétiens. Car la beauté du Liban se trouve dans cette belle symbiose

Le Pape s’est adressé aussi aux jeunes venus de Syrie : « J’admire votre courage. Dites chez vous, à vos familles et à vos amis, que le Pape ne vous oublie pas. Dites autour de vous que le Pape est triste à cause de vos souffrances et de vos deuils. Il n’oublie pas la Syrie dans ses prières et ses préoccupations. Il n’oublie pas les Moyens-Orientaux qui souffrent. Il est temps que musulmans et chrétiens s’unissent pour mettre fin à la violence et aux guerres.»

Deux très belles chorégraphies dansées sur une musique, composée par les jeunes, ont encadré cette magnifique rencontre.

Je suis très touchée d’entendre, à la fin de la cérémonie ce beau psaume de la création composé par Patrick Richard, chanté en libanais : Mon Dieu, tu es grand, tu es beau !…

Le soleil baisse peu à peu à l’horizon. Bientôt l’obscurité envahit la place, mais la joie rayonne dans les cœurs et sur les visages. D’immenses feux d’artifice dans le ciel de Bkerké pendant que les jeunes chantent et dansent. C’est vraiment une apothéose cette veillée avec les jeunes.

Que Marie, priée aussi bien par les musulmans que par les chrétiens, Notre-Dame du Liban, invoquée à la fin du discours du saint Père, continue de veiller sur ce peuple du Moyen Orient si éprouvé !

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here