Sainteté 101

La sainteté ? Oui j’aime bien quand on parle de sainteté ! Et je ne parle pas ici de perfection. Quand on lit la vie des saints, on voit bien qu’ils n’étaient pas parfaits, mais ils avaient le désir (de tout leur cœur!) de faire la volonté de Dieu.

Jeudi dernier le pape François a tweeté ceci:

La sainteté ne signifie pas faire des choses extraordinaires, mais faire celles qui sont ordinaires avec amour et avec foi.

Et quelques jours plus tard, je découvrais une nouvelle production sur YouTube : À l’école des saints. En tout cas, quand je vois que des contemporains mariés comme religieux ont donné tout à Jésus, j’avoue que cela m’inspire et me donne un objectif de vie digne du ciel et de la terre ! Je vous propose de découvrir en 6 minutes les époux Martin qui ont été béatifiés en octobre 2008.

[embedplusvideo height=”400″ width=”750″ editlink=”http://bit.ly/J6ZBr6″ standard=”http://www.youtube.com/v/MzpSHW1qitE?fs=1″ vars=”ytid=MzpSHW1qitE&width=750&height=400&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes=” id=”ep5035″ /]

Et vous, quand l’Église parle de sainteté ça vous dit quoi ?

2 COMMENTAIRES

  1. Pour moi, il ne s’agit pas de copier simplement ce que l’Église conçoit de la sainteté : faire ou ne pas faire, être un modèle de sagesse….bla, bla, bla, bla….J’arriverai jamais à être une mère Thérèsa ou une Ste Thérèse etc….parce que je ne suis pas elles. Je veux être moi parce que c’est comme ça que le bon Dieu m’a fait.

    Aujourd’hui, j’ai découvert que chaque fois que je vie dans ma créativité, j’expérimente la sainteté.

    Faire mon tapis selon l’œuvre de Claude Roussel n’est surtout pas le copier.

    Si je veux que mon tapis soit aussi beau ou encore plus beau, je dois m’approprier de l’œuvre, la faire mienne ; je dois comprendre pourquoi je trouve le travail de Claude si beau ; je dois comprendre à quoi son œuvre fait référence dans mon cœur ; où et comment sa pièce me fait vibrer, c’est seulement après que je pourrai créer une autre œuvre.

    Par cette analogie, Je comprends que la sainteté c’est embellir l’œuvre de Dieu. Je dois vivre une intimité profonde avec ce Jésus, avec l’Amour qu’il enseigne. Je dois saisir son Amour comme j’aime hooker ou peindre, comme je saisi l’amour de mes enfants, de mes petits enfants, d’André et c’est tellement joyeux pour moi ça. Je sais que c’est ce trop plein là qui me donne le gout de partager avec les autres, de donner et de servir mon prochain. C’est ça la sainteté, ça doit rester léger pour que je puisse m’élever parce que ce qui est lourd reste au sol.

    • Embellir l’oeuvre de Dieu, c’est la première fois que je vois cette formule. Intéressant! J’aime bien aussi me dire que la sainteté c’est de laisser passer Dieu a travers moi (avec sa grâce bien sûr!) et de faire sa volonté. Puisque j’ai la conviction qu’il veut mon bonheur, c’est donc plus facile de lui faire confiance et de le suivre.

Répondre à Amélie Martineau-Lavallée Annuler la réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here