Qu’il est difficile de pardonner

Mardi de la 3e semaine du carême, en participant à la célébration eucharistique et en écoutant l’évangile (Matthieu 18, 21-35), m’est venu à l’esprit un des beaux chants de Gilles Vigneault Qu’il est difficile d’aimer et je me disais : qu’il est difficile de pardonner. Pourtant Jésus nous dit bien dans sa Parole : «… son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé. » Et il ajoute : « C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur. » Connaissait-elle ces paroles de Jésus, cette femme dont le fils est décédé à la suite de blessures occasionnées par un fêtard en état d’ébriété et qui disait au journal télévisé : « Jamais je ne lui pardonnerai » ? Quel contraste avec ce couple montréalais qui a pardonné à l’assassin de leur fille et qui en témoignait ! Bien que ce soit si difficile de pardonner, les exemples de pardons donnés ne manquent pas : le bienheureux Jean-Paul II est allé à la prison offrir son pardon à Mehmet Ali Agva qui avait voulu l’assassiner le 13 mai 1981. De plus, on rapporte qu’il a gardé le contact, jusqu’à sa mort, avec la famille d’Ağca. Il a même rencontré la mère et le frère d’Ağca une décennie plus tard.

Ne disons-nous pas chaque jour dans le Notre Père : pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ? Si cette prière tombée des lèvres du Christ, notre Sauveur, était vraiment appliquée partout, notre monde serait un oasis de paix.

Sur la croix Jésus, notre modèle, a pardonné à ses bourreaux : Père, pardonne-leur : ils ne savent ce qu’ils font. Oui, il est difficile de pardonner, mais avec la grâce de Dieu, tout est possible. Pourqoui ne pas profiter de ce beau temps du carême pour nous libérer en donnant des pardons?

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here