L’exemple de Gilles Kègle pour ne jamais oublier nos défunts

Nous vous partageons le liminaire de l’édition de novembre de notre revue diocésaine Pastorale-Québec:

Pour ne jamais oublier

Notre page couverture introduit habituellement l’un des sujets approfondis dans l’édition du mois. Pas cette fois-ci. À la date de tombée de l’envoi du matériel à notre graphiste Claire Dorion (dont je profite de l’occasion pour souligner sa patience et son dévouement), j’ai participé aux funérailles de 22 femmes et hommes morts dans la solitude. Vingt-deux urnes en fibre de verre, vingt-deux noms sur leurs enveloppes de papier, avec parfois des photos pour les accompagner sur des tables devant l’autel : Gilles Kègle et sa fondation s’assurent que ces grands oubliés reçoivent une digne sépulture depuis 22 ans. L’inhumation des corps a lieu dans un lot appartenant à la fondation au Cimetière de La Souvenance. Les funérailles communes, organisées deux fois l’an, se déroulent maintenant à l’église Notre-Dame de Saint-Roch. M. Kègle m’a raconté qu’avant son ministère, les restes des corps non réclamés à la morgue de Québec allaient se retrouver dans une fosse commune, sans cérémonie. En ce mois de novembre, cette couverture exprime notre gratitude envers M. Kègle et tous ceux et celles qui ensevelissent les morts, œuvre de miséricorde.

Jasmin Lemieux-Lefebvre

Voici des vidéos de cette cérémonie funéraire sur le web: