« Permettre une fin de vie paisible, un devoir politique” selon un collectif d’auteurs

 

Un collectif d’auteurs dénonçant l’euthanasie a vu sa lettre publiée aujourd’hui dans le quotidien Le Devoir.

Les signataires de cette lettre intitulée “Mourir dans la dignité – Permettre une fin de vie paisible, un devoir politique” sont Louis Balthazar, professeur émérite en sciences politiques de l’Université Laval; Thomas De Koninck, titulaire de la Chaire «La philosophie dans le monde actuel» de l’Université Laval; Michel L’Heureux, directeur général de la Maison Michel-Sarrazin et professeur associé au département de médecine familiale de l’Université Laval; Louis-André Richard, professeur de philosophie, président de l’Institut Jean-Paul-Desbiens et membre du comité d’éthique de la Maison Michel-Sarrazin; Patrick Vinay, médecin en soins palliatifs à l’hôpital Notre-Dame du CHUM.

En voici un extrait:

En fin de vie, nous sommes tous semblables par notre dénuement. Nous sommes fragiles et nous craignons de souffrir. C’est notre lot à tous. Dans un tel contexte, l’État doit garantir aux citoyens des milieux de soins où le respect de cette fragilité est assuré. L’humanité d’une civilisation se mesure à la manière dont elle prend soin des personnes marginales, handicapées, mourantes, parce qu’elles sont toutes des membres à part entière de la communauté, et ce, malgré leurs limites. Le devoir de l’État consiste à rendre accessibles en tout temps des soins adéquats de fin de vie pour tous, éliminant des situations de souffrances mal soulagées autant que l’acharnement thérapeutique. Il s’agit de préserver l’égalité des citoyens à l’heure où elle est le plus menacée.

C’est durant ce mois de février que la commission québécoise Mourir dans la dignité doit dévoiler son rapport final. Saluons tous et celles qui militent à leur façon pour préserver la dignité de la vie humaine même lorsqu’elle est fragile.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here