Le dimanche 8 mars, Journée internationale des femmes

Article tiré de la revue Pastorale-Québec, janvier-février 2020

Par des membres de Femmes et ministères

La Journée internationale des femmes, qui est célébrée annuellement le 8 mars, coïncide cette année avec la liturgie dominicale du 2e dimanche du Carême. Le rassemblement de la communauté chrétienne est une occasion privilégiée pour souligner cette Journée internationale et les contributions si nombreuses des femmes au sein de l’Église et de la société. Vous trouverez ci-après des suggestions d’éléments de célébration qui illustrent le lien entre ces deux thèmes.

Mot d’introduction à la célébration

Dans l’évangile de ce dimanche, Jésus dévoile son véritable visage de Fils bien-aimé du Père. « Son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière » (Matthieu 17, 2). Éclairés par le Seigneur en ce 2e dimanche du Carême, nous sommes appelés à grandir dans la foi et à témoigner avec joie de l’Évangile. L’occasion est belle, en ce 8 mars, de rendre hommage aux femmes, en grand nombre, qui ont su contribuer à la vitalité de notre Église et à l’avancement de notre société.

Suggestion de prière universelle (deux personnes peuvent la proposer)

Introduction

Dans sa lettre à Timothée, Paul invite le disciple « à prendre sa part de souffrances liées à l’annonce de l’Évangile ». Nous sommes tous et toutes responsables de semer le bonheur et d’assurer autour de nous une annonce vivante de l’Évangile. À la suite de plusieurs femmes citées dans l’Évangile et qui sont devenues des témoins de la foi, prions pour l’Église et le monde d’aujourd’hui.

Répons: Seigneur, que ton amour soit sur nous.

Intentions

Abram et Sarah répondirent à l’appel du Seigneur (Genèse 12, 4-5): ils quittèrent leur pays et ils firent confiance au Dieu de l’Alliance. Pour les familles, femmes, hommes et enfants, qui ont dû laisser leur terre natale et chercher en d’autres lieux une demeure sécuritaire, prions. R/

Une pauvre veuve s’avança dans le Temple et mit deux petites pièces de monnaie ; son geste inaperçu par le public fut reconnu par Jésus (Marc 12, 42).  Pour toutes les femmes qui, de manière discrète, sinon invisible, se donnent généreusement au service de leurs frères et sœurs, prions. R/

Une femme de la Samarie, recherchant l’anonymat, rencontra Jésus; elle devint une ardente messagère de la présence du Messie (Jean 4, 1-42). Pour toutes les femmes qui, malgré les obstacles et les préjugés, annoncent la Bonne Nouvelle de manière attrayante en tous les secteurs de la société, prions. R/

Une païenne de la région phénicienne, une Cananéenne, a obtenu de Jésus ce qu’elle demandait avec foi, malgré sa résistance initiale (Matthieu 15, 21-28). Pour toutes les femmes qui, malgré  le silence, l’indifférence ou l’opposition, persévèrent dans leur engagement ecclésial afin d’obtenir l’égalité, prions. R/

Au moment où tout semble fini, un femme, Marie-Madeleine, se lève et annonce le début d’un temps nouveau (Jean 20, 11-18). Pour toutes les femmes qui, malgré les vents contraires qu’affronte notre Église, ne cessent de partager l’évangile comme une Bonne Nouvelle, prions. R/

Jésus fut transfiguré sur une haute montagne (Matthieu 17, 2). Pour nous tous ici rassemblés, témoins à notre tour de la présence du Christ ressuscité qui nous fait grandir dans la foi, prions. R/

Prière de conclusion

 

Père, par ton Fils bien-aimé en qui tu trouves ta joie, aide-nous à bâtir une Église où il fait bon vivre, une Église qui écoute et a l’audace de faire du neuf, une Église dont on dira : « Voyez comme ils s’aiment », maintenant et pour les siècles des siècles.  Amen.

 

Bénédiction et mot d’envoi

 

On pourra prendre la bénédiction solennelle du Temps ordinaire I demandant au Seigneur de tourner son visage vers nous en ajoutant la note suivante : « Par cette bénédiction, que le Seigneur comble de joie le cœur des femmes qui collaborent de façon étroite à la venue d’un Royaume de justice et de paix dans le monde. »