La miséricorde : une année mais surtout un élan

Par René Tessier

L’an 2016, celui dédié en Église à la miséricorde, est aussi pour les Nations unies celui de la légumineuse; les deux thèmes pourraient-ils connaître le même sort? À l’Assemblée du clergé du 4 mai dernier, l’abbé Gilles Routhier, théologien plus que très connu, a rappelé le défilé continu des années thématiques dans notre passé récent.

Une différence s’impose toutefois pour celle-ci: en spécifiant que « le nom de Dieu est Miséricorde », le pape François place cette miséricorde au cœur de tout le projet d’évangélisation. D’abord et avant tout, « nous sommes chargés d’annoncer Miséricorde » ; une mission qui ne saurait prendre fin le 20 novembre prochain. Ceci nous entraîne à reconsidérer « non seulement la doctrine, mais aussi toute la vie pastorale ». La miséricorde devrait donc être le fondement même de toutes nos réingénieries. De plus, rappelle le doyen de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval, en 20 siècles, aucune réforme ne s’est accomplie dans l’église du seul fait d’une rénovation des structures, il a fallu chaque fois un puissant souffle spirituel pour puiser « le vin nouveau dans des outres neuves ».

En fin de journée, au nom des prêtres du diocèse de Québec, un chèque de 18 160$ a été remis au comité qui les redistribuera à des confrères prêtres venus d’ailleurs pour rendre service à notre Église.

Photo : De gauche à droite : les abbés Jean Abud, Léopold Maniraburasha et (derrière le chèque) Alain Pouliot, membres du comité ad hoc, et le cardinal Gérald C. Lacroix, archevêque de Québec.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here