Jour de la terre: Écologie humaine vous avez dit?

317337_458717914206115_1845224552_n
Saint François d’Assise était présent le 21 avril à la Marche pour la terre à Montréal (merci au Centre étudiant Benoît Lacroix pour la photo).

Nous sommes le 22 avril: Jour de la terre! Un moment idéal pour parler d’environnement et d’écologie. Le concept d’écologie humaine, vous connaissez? Le site web Aleteia nous le présente très bien aujourd’hui.

Le concept d’écologie prétend aborder la question de l’habitat du vivant (de oîkos, en grec, qui signifie maison). Mais quel vivant ? Plus couramment, on entend par écologie ce qui a trait à la protection de la Nature, avec un grand N. La Nature, c’est l’endroit d’où l’on nait, la matrice dans laquelle on est formé. Habitat, Nature… Il se trouve que dans la religion chrétienne, nous distinguons justement ces deux choses.

D’une part nous considérons la Nature de laquelle Adam est tiré, et qui, comme matrice, est même le féminin de son nom : Adamah en hébreu. Dans la Bible, Adam est formé à partir de la poussière de la Adamah. Nous gardons cette idée quand, pour des funérailles nous disons : « tu es né poussière, tu redeviendras poussière ». L’homme est créé à partir d’une « nature » à laquelle il reviendra par-delà la mort. Mais Dieu insuffle aussi en lui une « haleine de vie » : un esprit.

D’autre part, nous considérons aussi la Création, comprise comme l’univers entier, dont l’homme fait partie au même titre que toutes les créatures. Puis « le Seigneur Dieu prit l’homme et l’établit dans le jardin des délices (gan Eden) pour le cultiver et le garder ». C’est là ce qu’avec la chute nous avons oublié, et que nous continuons d’ignorer. Plus encore à notre époque, semble-t-il, nous avons perdu le sens de cette mission. Et c’est pourquoi il nous faut parler d’écologie humaine. Cultiver et garder.

Pour lire le texte au complet.

+++

Des Assises de l’écologie humaine auront d’ailleurs lieu prochainement en France. Le concept paraît prometteur:

L’écologie humaine est un courant de réflexion au service de l’action. Elle s’intéresse à ce qui constitue « tout homme et tout l’homme », pour promouvoir les politiques, les modes de vie et les pratiques qui prennent soin de l’humanité.

Pluridisciplinaire, l’écologie humaine mobilise la philosophie, l’éthique, le droit, l’économie, les sciences humaines et les sciences de la nature etc., pour discerner ce qui fait l’essence de l’homme. Ouverte à tous, elle considère l’homme et son humanité comme un précieux patrimoine commun que chaque génération doit accueillir pour en prendre soin et le transmettre dans son intégrité aux générations futures.

A l’heure où la nature de l’homme est menacée, l’écologie humaine relève un défi politique majeur : placer l’homme et son humanité au cœur de la société, comme mesure de toute chose.

Intéressant, non?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here