Euthanasie et suicide assisté: l’Office catholique pour la vie et la famille nous appelle à entrer dans le débat public

 

Lu sur le site Web de l’Office catholique pour la vie et la famille. Une question capitale, même en vacances.

Euthanasie et suicide assisté : l’OCVF appelle familles,
paroisses et mouvements à entrer dans le débat public

L’Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) vient de publier à
l’intention des familles, des paroisses, des mouvements et associations une
courte réflexion qui se veut à la fois une mise en garde et un appel urgent à
entrer dans le débat public sur les questions de fin de vie. Selon l’OCVF,
deux événements récents mènent le Canada sur une voie dangereuse.
« Impossible de demeurer silencieux à la suite de la décision rendue le 15
juin dernier par la Juge Lynn Smith de la Cour suprême de Colombie-
Britannique dans l’affaire Carter , soutient Michèle Boulva, la directrice de
l’OCVF. En tant que citoyens et citoyennes d’un pays qui se veut civilisé, les
catholiques, comme toutes les personnes de bonne volonté, ont le droit et le
devoir de contrer toute tentative de légalisation de l’euthanasie et du suicide
assisté, et de promouvoir les soins palliatifs et la véritable compassion. »
La récente décision de la Cour suprême de Colombie-Britannique vient
s’ajouter à la préoccupante recommandation de la Commission spéciale sur
la question de mourir dans la dignité qui, en mars dernier, a demandé au
Gouvernement du Québec de légiférer afin de reconnaître « l’aide médicale à
mourir » comme un « soin approprié en fin de vie ».

« On aura beau tenter de déguiser la réalité en jouant avec les mots, déplore
madame Boulva, il reste que cette « aide médicale à mourir » est synonyme
d’euthanasie et de suicide assisté. On parle ici de tuer. »

Agir maintenant

L’OCVF souligne l’incohérence d’une nation qui met tant d’efforts à contrer le
suicide et qui choisirait de légaliser le suicide assisté. De même en ce qui
concerne la maltraitance des personnes âgées : comment pourrait-on
multiplier les initiatives visant à protéger les aînés contre les abus et, en
même temps, légaliser l’euthanasie – l’abus ultime?

En somme, ajoute la directrice de l’OCVF en reprenant les mots du président
de la Conférence des évêques catholiques du Canada à la suite de la
décision de la juge Lynn Smith : « Nous sommes confrontés à une option
fondamentale et la manière dont nous y répondons révèle la vraie nature du
coeur de notre société.

« Démontrons-nous de la sollicitude envers la personne malade, âgée,
handicapée et vulnérable en l’encourageant à commettre un suicide ou en la
tuant délibérément par le biais de l’euthanasie ? Ou favorise-t-on plutôt une
culture de vie et d’amour, dans laquelle chaque personne, à tout moment et
en toutes circonstances au cours de sa vie naturelle, est perçue comme un
don? »

Finalement, l’OCVF encourage les catholiques à contacter leurs députés pour
leur demander de s’opposer à toute légalisation de l’euthanasie et du suicide
assisté. Il suggère aussi aux personnes intéressées de contacter deux
réseaux activement engagés dans les questions de fin de vie : « Vivre dans la
Dignité » et la « Euthanasia Prevention Coalition ».

+++

En rappel, le formidable témoignage de madame Cécile Maillet: « Vivre sa fin de vie ».

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here