En tête à tête avec… Lui

Un jour, un fait s’est imposé à moi : j’étais incapable d’aimer! Un prêtre m’a alors dit: «Si tu veux apprendre à aimer, sois fidèle à rencontrer Jésus dans l’adoration. La fidélité fait grandir l’amour». Ah oui? Hmmm… J’avoue que cette réponse m’embêtait un peu, parce que l’adoration n’avait jamais vraiment fait partie de ma vie de prière. Dans la course effrénée de la vie que j’étais habituée de mener par le passé, je voyais mal comment j’aurais pu m’arrêter UNE HEURE et rester assise à ne «rien faire» et à «perdre» mon temps si précieux. Toujours cette tentation de vouloir «faire» des choses, d’être utile, efficace, productive et dans l’action! Vous voyez ce que je veux dire? Entre les amis, le boulot, le copain, les passe-temps, la famille, les voyages, alouette, il reste parfois peu de temps pour le plus important. Il y a deux ans, donc, j’aurais certainement répondu à ce prêtre: «Impossible, je n’ai vraiment pas le temps!». Traduit autrement, j’aurais aussi bien pu dire : «Désolé Dieu, mais tu n’es pas ma priorité».

Amour

Mais le problème (ou la bonne nouvelle), c’est que cette année le Seigneur m’a donné le cadeau d’avoir du temps, à travers un horaire de travail qui sort de la normalité. Je n’avais donc plus vraiment d’excuse pour fuir ces moments de prière qui me faisaient, disons-le, un peu peur. Et en effet, les premières fois que je me suis retrouvée assise devant le Saint-Sacrement ont été d’une telle aridité que je m’étonne encore de ne pas avoir abandonné! Assise, je pensais plus à la chaise en bois qui n’était vraiment pas confortable; à genoux, je pensais plus aux craquements de mes articulations (pas facile avoir 23 ans!); les yeux fermés, mon esprit vagabondait de gauche à droite; les yeux ouverts, mon esprit vagabondait de droite à gauche. J’étais désemparée et je me sentais démunie dans ma prière. À force de parler avec Jésus, je ne savais plus comment parler, ni de quoi parler; à force d’écouter, je ne savais plus comment écouter et tout ce silence me donnait mal à la tête; et prier avec un livre me déconcentrait plus qu’autre chose… Ouf! Je me demandais vraiment à quoi pouvaient mener ces temps donnés au Seigneur.

Et vous savez quoi? Je ne suis pas encore arrivée à une réponse claire et précise (si vous voulez partager vos propres expériences, n’hésitez pas!). Je reconnais que je suis encore en cheminement et en apprivoisement. Mais je sais qu’il y a quelque chose de grand et de beau dans tout ça… Une chose m’a surprise entre autres. Alors que je pensais aller aimer Jésus et que j’essayais de lui dire mon amour… j’ai tout à coup eu l’impression que c’est Lui qui essayait de me dire son amour et qu’Il me demandait d’arrêter de lutter et de me laisser tout simplement aimer par Lui… D’accepter ce mystère d’un amour non mérité, mais pourtant si grand et tout à fait gratuit. Alors que je pensais apprendre à aimer… j’apprends plutôt à me laisser aimer! Merci Seigneur…

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here