Marc Ouellet

Marc-OuelletNé le 8 juin 1944 à La Motte, près d’Amos en Abitibi, Monsieur le cardinal Marc Ouellet fit ses études collégiales ainsi que deux années de philosophie à l’École normale d’Amos (1959-1964), y obtenant un baccalauréat en pédagogie de l’Université Laval en 1964. Il compléta ses études théologiques au Grand Séminaire de Montréal (1964-1968) et reçut une licence en théologie de l’Université de Montréal en 1968. Ordonné prêtre pour le diocèse d’Amos dans sa paroisse natale le 25 mai 1968, il fut nommé vicaire à la paroisse de Saint-Sauveur de Val-d’Or (1968-1970).

Il enseigna la philosophie au Grand Séminaire de Bogota en Colombie (1970-1971), qui était alors dirigé par les Sulpiciens, et décida de s’agréger à la Compagnie de St-Sulpice en 1972. Il poursuivit ses études à Rome, où il obtint une licence en philosophie de l’Université pontificale St-Thomas d’Aquin en 1974. Affecté en 1974 comme membre de la direction et professeur au Grand Séminaire de Manizales en Colombie, il fut rappelé au Canada en 1976 pour occuper les mêmes fonctions au Grand Séminaire de Montréal.

Il retourna aux études en 1978 et obtint un doctorat en théologie dogmatique de l’Université Grégorienne en 1983. Après une année d’enseignement au Grand Séminaire de Cali en 1983, il occupa la fonction de recteur du Grand Séminaire de Manizales de 1984 à 1989. Il devint recteur du Grand Séminaire de Montréal en 1990, et du St Joseph’s Seminary d’Edmonton en 1994. De 1996 à 2002, il fut titulaire de la Chaire de théologie dogmatique de l’Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille à l’Université Pontificale du Latran à Rome.

Élu évêque titulaire d’Agropoli et nommé secrétaire du Conseil Pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens le 3 mars 2001, il reçut l’ordination épiscopale des mains du Pape Jean-Paul II, le 19 mars dans la basilique Saint-Pierre de Rome. Le cardinal Ouellet a été consulteur de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et de la Congrégation pour le Clergé. Il est actuellement membre de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, de la Congrégation pour l’éducation catholique et de la Congrégation pour le clergé ; membre du Comité Pontifical pour les congrès eucharistiques internationaux, de la Commission Pontificale pour l’Amérique latine et de l’Académie Pontificale de Théologie. Il est aussi membre du Conseil des cardinaux pour l’étude des problèmes organisationnels et économiques du Saint-Siège, du Conseil pontifical pour la culture et du Conseil pontifical post-synodal. Le Pape l’a nommé Rapporteur général de la XIIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques.

Nommé archevêque métropolitain de Québec le 15 novembre 2002, il a pris possession de son siège le 26 janvier 2003. Il fut élevé au cardinalat par le Pape Jean-Paul II au Consistoire du 21-22 octobre 2003.

Le 30 juin 2010, le Vatican le nomme comme préfet de la Congrégation pour les évêques et président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine.

Monseigneur Marc Ouellet fût le vingt-quatrième évêque, le quatorzième archevêque et le septième cardinal de Québec.

Armoiries

ecu-ouellet

Blason

D’azur à la croix ancrée d’or sur une montagne de trois coupeaux d’argent accostées d’une fleur de lys d’or à dextre et d’une fleur de lys d’argent à senestre.

Symbolisme

L’azur évoque le ciel de l’Abitibi, lieu de naissance du Cardinal Marc Ouellet, les fleurs de lys, ses origines québécoises et la croix sur la montagne le geste des fondateurs de Ville-Marie à l’aube de la colonie devenue Montréal.

L’ensemble symbolise aussi l’héritage spirituel reçu de la Compagnie de Saint-Sulpice et de la Communauté Saint-Jean, fondée par Hans Urs von Balthasar et Adrienne von Speyr : la croix glorieuse sur le calvaire indique la victoire de l’Amour trinitaire sur le péché et la mort; le lys doré représente Marie, symbole de l’Église immaculée; le lys argenté représente Jean, symbole de l’humanité réconciliée. Le tout témoigne de l’unité de l’Église pour laquelle le Seigneur a prié.

Devise

La devise Ut unum sint, « Qu’ils soient un », est tirée de la prière sacerdotale de Jésus (Évangile selon saint Jean, 17, 21). Elle fait aussi référence à l’encyclique Ut unum sint de Jean-Paul II sur l’engagement œcuménique (25 mai 1995) et au premier ministère épiscopal du Cardinal Ouellet à titre de Secrétaire du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens (2001-2002).

X