Développement et Paix appuie les femmes de la vallée de Siria à l’occasion de la Journée internationale des femmes

Il y a maintenant deux ans que les gestionnaires de la mine d’or à ciel ouvert San Martin, propriété de la société Goldcorp, ont fait leurs valises et quitté la vallée de Siria, au Honduras. Avant de partir, ils ont diffusé des centaines d’heures de publicité pour convaincre la population du peu de dommage causé par la mine au milieu environnant. Pour en faire la preuve, ils ont érigé un hôtel d’écotourisme sur le site minier, ont élevé du bétail et des volailles et ont planté des eucalyptus partout – sans se soucier, toutefois, de la justesse de planter des arbres qui boivent abondamment dans un endroit où les réserves d’eau s’amenuisent…

Malgré tout, il y a quelque chose d’étrange dans la vallée. Le processus de lixiviation en tas, à base de cyanure, a produit des sulfures qui, en dévalant la montagne, ont créé des rigoles jonchées de végétation brunie, desséchée et racornie. Pendant ce temps, en l’absence d’activité minière, l’autre côté de la route offre un panorama verdoyant où la flore abonde. De plus, lors de pluies torrentielles, une étrange odeur de soufre se répand.

Ces jours-ci, Ana Zuniga se fait beaucoup de mauvais sang – au sens propre. Ana fait partie d’un groupe de 40 personnes dont le sang a été testé afin d’y détecter la présence de métaux. Les tests ont été réalisés par le gouvernement du Honduras, en collaboration avec Caritas Teguicalpa, un partenaire de DÉVELOPPEMENT ET PAIX. Curieusement, depuis plusieurs années, Ana se plaint de taches sur la peau, de maux de tête chroniques et de pertes de mémoire.

Lire la suite sur le site de Développement et Paix.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here