Derrière la science, le sens de l’existence

Article tiré de la revue Pastorale-Québec, novembre 2020

Jean-Guy Morin, omi (suite du mois dernier)

 

Le mois dernier, grâce à Brunor, nous avons réussi à démontrer que la vie n’a vraiment pas pu apparaître sur la Terre par le seul effet du hasard. Une intelligence organisatrice parait absolument nécessaire à la construction de messages intelligents. Mgr Bertrand Blanchet renchérissait: « …un hasard aveugle ne pouvait être à l’origine de la vie et de l’être humain ».

Nous sommes tous très conscients que la plupart du temps, c’est le quotidien de la vie qui attire notre regard et le retient. Nous passons presque tout notre temps à tenter de solutionner les problèmes qui nous heurtent de front. Quand il ne s’agit pas de régler d’abord ce qui nous regarde en tant qu’individus, ce sont les difficultés communautaires et sociales, à commencer par les personnes de notre entourage, qui viennent d’abord solliciter notre attention.

C’est ainsi que les questions fondamentales de la vie, à savoir d’où nous venons et où nous allons, sont repoussées bien loin dans la sphère de nos préoccupations. Cependant, même si nous ne nous sentons pas concernés immédiatement, notre humanité et les communautés au sein desquelles nous cheminons sont directement influencées par nos réponses à ces questions essentielles.

 

Le comment et le pourquoi      

Pour ma part, depuis des années, avec mes correspondants par courriel et via Facebook, j’en suis venu à aborder deux aspects eux aussi très importants, à savoir l’évolution du comment et du pourquoi de l’existence de la vie.

Comme nous l’avons vu, Brunor nous invite à mesurer les acquis de la science pour nous donner une idée plus juste du développement de l’Univers, de notre système solaire et de notre Terre où sont apparues la vie en général et notre vie humaine en particulier.

Sachant l’intérêt naturel que les jeunes d’aujourd’hui portent à tout ce qui touche à l’évolution de la vie, ce sont peut-être surtout eux qui sauront saisir la suite de notre propos. Il serait très utile de leur transmettre ces réflexions. Un dialogue nouveau et fructueux pourrait alors s’ouvrir entre vous…

Ici, nous souhaitons approfondir le sens de tout ce qui existe, pour nous mener au sommet de cette richesse qu’est la vie. Le comment et le pourquoi! Ces deux éléments peuvent aisément se comparer aux deux rails d’un chemin de fer: ils doivent impérativement agir en parallèle pour être fonctionnels. Ils ne doivent jamais se toucher, sous peine de causer des accidents fatals.

Par conséquent, le comment de l’évolution sur notre terre possède sa fonction propre et ne peut ni se comparer, ni entrer en compétition avec le pourquoi du sens de l’existence, sachant que ce dernier aspect appartient à la sphère métaphysique, spirituelle, de même que religieuse, c’est selon…

 

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Pour faciliter notre voyage visant l’identification la plus complète possible de l’intelligence organisatrice de toute vie, permettez-moi de prendre un moment pour apporter une distinction qui est aujourd’hui proposée à notre présente action humaine.

Nous sommes actuellement inondés par les avancées technologiques, qui peuvent nous laisser croire que l’intelligence qu’on qualifie d’artificielle peut être à la source d’une révolution tout à fait inédite dans notre développement. À noter qu’en employant le terme artificiel, nous sommes mis en présence de son contraire qui est le mot naturel. Il ne s’agit pas de s’opposer à ces avancées, qui peuvent améliorer notre vie et faciliter notre mieux-être. Constatons simplement qu’un grand nombre de gens peuvent s’en trouver déroutés.

Il me semble que nous faisons face à une tentative subtile de nous faire croire que les nouveautés actuelles de la science, dont le propre est de se rapporter au comment, devraient renouveler complètement nos façons humaines de penser et d’agir. C’est dire que les connaissances approfondies de la science en arriveraient à nous transformer par des subterfuges artificiels. Ainsi, nous pourrions être conduits à abdiquer notre responsabilité, pour nous en remettre à des moyens purement physiques. Sans compter le danger de nous placer dans un état de dépendance vis-à-vis d’êtres ne cherchant que leur profit personnel ou la domination d’autrui.

Alors, quelle perte possible pour notre croissance spirituelle si nous reléguons aux oubliettes notre recherche de sens, c’est-à dire le pourquoi de notre vie.

 

VERS UNE NOUVELLE NAISSANCE?

Il nous est ici impossible de décrire en détail près de 3,5 milliards d’années de naissance et d’évolution de la vie, à travers lesquelles une intelligence en est venue à manifester sa capacité géniale à construire l’humanité que nous sommes devenus, et qui souhaite poursuivre son développement.

Bien entendu, la croissance de cette humanité n’est pas sans faille, car elle est complètement tributaire de tous les aspects du développement de la vie, c’est-à-dire sa reproduction, sa protection contre ses prédateurs, ainsi que la nourriture dont elle a besoin, pour croître au plan physique d’abord, mais aussi au plan spirituel. Ce dernier est indispensable pour nous permettre d’évoluer le plus intelligemment possible.

Nous savons que l’apparition et l’évolution de la vie jusqu’à nous ont constitué une étape homogène. Nous reconnaissons aujourd’hui qu’il nous était impensable de dépasser par nos seules forces naturelles un certain stade de notre évolution humaine.

Notre humanité a compris il y a 4 000 ans que nous nous pouvions être conduits à vivre une sorte de naissance inédite. Là que s’est produite une nouveauté jusque-là impensable. Cette intelligence organisatrice de la vie s’est alors identifiée comme étant Quelqu’un : un Être personnel, unique, Créateur incréé, existant de toute éternité, aimant infiniment toutes ses créatures; parmi celles-ci, aimant les humains que nous sommes de façon tout à fait particulière.

Cet Être incomparable a choisi un petit peuple pour se faire connaître. Se faire accepter librement par ses membres. Ne les obligeant pas à l’aimer en retour de tant d’amour de sa part. Au bout d’un cheminement plusieurs fois séculaire, ce Dieu unique a voulu nous donner le signe suprême de son amour se livrant entre nos mains dans sa Parole elle-même.

Oui, nous qui avons accueilli le cadeau tout à fait gratuit de son amour, nous avons reconnu que son Verbe (sa Parole) est venu se faire l’un des nôtres pour nous parler avec des mots que tous les êtres intelligents pourraient reconnaître et suivre. Librement, cependant; oui, tout à fait librement, car l’amour ne peut contraindre…

Ce peuple choisi par amour a pu naître à nouveau par la venue d’un enfant reconnu à travers les siècles comme le Fils unique du Dieu éternel. Ce Fils vit avec nous pour faire de nous des fils et des filles capables de vivre cette nouvelle naissance; une naissance impensable, imprévisible lorsque laissée à nos seules lumières, à nos seules capacités. Devenir les enfants de celui que nous pouvons appeler Abba (Père), à la manière de Jésus de Nazareth.

Quel honneur! Quelle source de joie pour ceux qui peuvent accepter ce cadeau inespéré! Voilà une vie changée du tout au tout. Situation insurpassable. Situation que nous, les croyants dans le Dieu de Jésus Christ, sommes invités à accepter bien humblement. Oui, avec la plus grande humilité, car nous voyons à côté de nous des femmes et des hommes qui se disent incroyants. Ce sont souvent des personnes qui reflètent par toute leur vie l’amour, la bonté et même la miséricorde de celui qu’ils n’ont pas encore eu le bonheur de reconnaître comme celui que nous confessons.

C’est là que nous en sommes aujourd’hui, croyants ou non croyants. Avec seulement un pas à faire. Le pas de celui qui peut devenir le témoin de cet amour, seul capable de transformer les habitants de notre terre à l’image de celui qui s’est fait l’un des nôtres.

Nous sommes invités à nous rallier pour préparer tous ensemble « les Cieux nouveaux et la Terre nouvelle » qui nous ont été promis. Une simple question d’amour! D’un amour fou qui fait de nous des fous d’amour.

Les mots pourraient encore s’étaler à l’infini pour décrire le bonheur que notre nouvelle naissance nous promet. Qu’il me suffise en terminant de nous inviter à renouveler quotidiennement notre vision de la vie actuelle, pour enrichir notre marche avec le Christ vivant, aujourd’hui et demain.

Si vous le désirez, nous pourrions continuer cette démarche de réflexion en Église. Vous pouvez fréquenter ma page Facebook et consulter mon volume, Ce Trésor au cœur de l’Univers: morinjeanguy163@gmail.com