Chronique « Ensemble Solidaires »

Le temps se refroidit, la noirceur vient tôt, les arbres sont dénudés, le mois de novembre revient avec la fête de tous les saints et saintes, la commémoration des personnes défuntes ….

En novembre, nous nous souvenons des êtres chers décédés, par un jour de prière.  Au Québec, nous nous souvenons aussi de la tragédie de l’école polytechnique ou 14 jeunes femmes sont décédées.

« Depuis 1981, du 25 novembre au 10 décembre, des hommes et des femmes de partout dans le monde unissent leur voix pour dénoncer les actes de violence dont sont victimes les femmes »[1] . Le Parlement du Canada a institué, en 1991, la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes[2] et en 1999, l’Assemblée générale des Nations-Unies proclamait le 25 novembre Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes [3]. Ces dates ont été retenues dans le but de lier, de façon symbolique, la violence faite aux femmes et les droits humains.

Nous nous rappelons nos êtres chers décédés qui sont en présence de notre Dieu qui a mis en eux tout son amour. Nous pouvons les prier et prier « le Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation ».  2 Corinthiens 1, 3.

Plus de ressources sur : https://www.ecdq.org/pastorale/solidarite/condition-des-femmes/Therese.duval@ecdq.org

Répondante à la condition des femmes, Église catholique de Québec
Equipe Renouveau des communautés

[1] http://www.scf.gouv.qc.ca/violences/journees-daction-contre-la-violence-faite-aux-femmes/
[2] idem
[3] Idem

Image : https://pixabay.com/fr/images/search/automne/?pagi=3