Béatification de Mère Saint-Louis ce 27 mai: la famille diocésaine de Québec se réjouit

Toute la famille diocésaine de l’Église catholique de Québec se réjouit de la béatification de Mère Saint-Louis, fondatrice des Sœurs de la Charité de Saint-Louis présentes depuis 1902 chez nous. Cette cérémonie se déroulera ce dimanche 27 mai à Vannes, en France. Une délégation québécoise de 24 religieuses et de proches de la communauté seront d’ailleurs sur place pour souligner l’événement. Les personnes intéressées à vivre cette liturgie de béatification sur le web pourront le faire en direct à 9 h 30 HE sur le site www.ktotv.com (chaîne catholique française) ou en rediffusion à Télévision Sel + Lumière le mardi 29 mai à 12 h 30 HE.

« Je rends grâce à Dieu pour la béatification de Mère Saint-Louis et la communauté qu’elle a fondée. » a tenu à mentionner l’archevêque de Québec Gérald C. Lacroix. « Nous devons beaucoup de gratitude à ces femmes qui ont travaillées avec beaucoup de compétence et de cœur à l’éducation de la jeunesse du Québec. Aujourd’hui, plusieurs religieuses de cette communauté sont encore très engagées dans la vie pastorale de l’Église. » a-t-il ajouté.

Pour le chancelier Jean Tailleur, cette reconnaissance est très importante pour les 299 sœurs de la Charité de Saint-Louis, présentes dans une trentaine de maisons sur le territoire de l’archidiocèse de Québec (Lévis, L’Ancienne-Lorette, Pont-Rouge, Saint-Georges, etc.) : « Les quelques 600 sœurs de la Charité de Saint-Louis du monde entier sont les filles spirituelles de Mère Saint-Louis et poursuivent admirablement son œuvre d’éducation et de charité. Le fait que le miraculé dans cette cause soit un Québécois est des plus significatifs pour notre communauté chrétienne ».

En 1803, à Vannes (Bretagne), Marie-Louise Élisabeth de Lamoignon fonde la Congrégation des Sœurs de la Charité de Saint-Louis et prend le nom de Mère Saint-Louis. Elle consacre sa vie à l’éducation de la jeunesse abandonnée.

Le miraculé dans cette cause, monsieur Marcel Lesage (né en 1937, près de Québec) souffrait, depuis l’âge de 18 ans, d’une ostéomyélite chronique de l’humérus gauche. Le jour de l’amputation de son bras, le 22 mai 1962, l’opération est annulée devant une disparition subite de tous les symptômes infectieux. D’intenses prières à Mère Saint-Louis avaient précédé le miracle. Monsieur Lesage ne s’est plus jamais plaint du bras. Il a travaillé comme soudeur, puis bûcheron.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here