Au sujet de la Maison des horreurs d’Expo Québec 2013

Maison de l'horreur

Dans le quotidien Le Soleil du jour, un article touche l’utilisation d’objets religieux catholiques dans la Manoir des horreurs de la récente édition d’Expo Québec.

On y fait mention d’une résolution au conseil d’arrondissement de La Cité-Limoilou pour que l’attraction soit retirée de la programmation.

On cite également une prise de parole de l’Église catholiques de Québec:

Le porte-parole de l’archidiocèse de Québec, Jasmin Lemieux-Lefebvre, a confirmé au Soleil que lui et une collègue se sont rendus visiter le Manoir de l’horreur, en raison d’une dizaine de plaintes venant du public. Après l’avoir visité, il a été décidé de ne pas faire une sortie publique à ce propos.

«Si on avait senti que l’utilisation des symboles religieux était faite avec un grand manque de respect, on aurait peut-être eu un mot à dire, mais ce n’était pas le cas. Et de toute façon, si on sortait chaque fois qu’un symbole religieux est utilisé dans un film d’horreur, par exemple, on passerait notre temps à faire des dénonciations publiques.»

Comme notre visite est maintenant chose publique et pour bien comprendre notre vision complète dans ce dossier, nous tenons à vous partager deux interventions de notre part en marge de la réception de plaintes de visiteurs du Manoir de l’horreur en août dernier.

1) Voici un extrait d’un courriel de ma part envoyé aux responsables d’Expo Québec suite à notre visite du Manoir de l’horreur:

« Voici ci-bas notre communication hebdomadaire aux paroisses du Diocèse de Québec envoyée aujourd’hui (communication interne). Vous trouverez à la toute fin une réflexion sur le manoir de l’horreur d’Expo Québec qui explicite aux équipes pastorales notre opinion sur cette nouvelle attraction.

Nous ne prévoyons aucune communication publique sur le sujet.

Je vous remercie de votre accueil ce matin. Je suis très sensible aux gens qui reconnaissent que chaque objet religieux présent dans le manoir a une histoire. Des gens ont prié Dieu ou ont demandé l’intercession de la Vierge Marie devant ces crucifix, cartes de prières et statues qui ont souvent été bénis. Y a-t-il des usages inconvenants à ce patrimoine religieux? La question est complexe et dépasse de loin le cadre de votre manoir de l’horreur.

Quant aux plaintes reçues sur le bien-fondé d’Expo Québec à encourager ce type de divertissement alors que l’horreur véritable existe (on a qu’à penser à la récente maison de l’horreur de Cleveland), ce sont des questions légitimes dont nous laisserons le jugement à votre équipe de programmation. Comme vous pouvez le lire dans notre texte aux équipes paroissiales, nous suggérons aux personnes offensées de vous partager directement leurs commentaires selon leur discernement. »

2) Envoi aux paroisses mentionné dans le courriel précédent:

À propos du Manoir de l’horreur à Expo Québec

Après avoir reçu quelques plaintes de visiteurs relativement à la nouveauté la plus populaire d’Expo-Québec, nous avons fait, ce matin, une visite privée (Marie-Pier Gagné et moi) du « Manoir de l’horreur ». Accueil très professionnel d’une équipe d’Expo Cité et de la directrice artistique du projet, madame Nancy Bernier. En effet, beaucoup de crucifix et d’items religieux se retrouvent sur les murs de ce Manoir : la mère du généticien fou de l’histoire est une grande croyante et invoque la protection de Dieu face au mal.

Notre discernement est le suivant : le Manoir de l’horreur respecte les grands canons de l’épouvante que l’on retrouve dans la littérature et au cinéma, mais sans malice contre le fait religieux. On peut, bien sûr, se questionner sur la pertinence du genre et sur l’usage de symboles chrétiens dans cette formule, mais le traitement artistique choisi dans le Manoir ne nécessite pas de réponse ecclésiale officielle. Expo Québec ne recense à ce jour aucune plainte formelle. Les personnes désirant partager leur inconfort quant à ce choix de programmation peuvent bien sûr le faire individuellement en contactant directement Expo Québec.

 

 

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here