Aide médicale à mourir : manifestons notre préoccupation

Une personne handicapée se rend à l’hôpital pour faire soigner sa pneumonie. Un professionnel de la santé lui demande: Voulez-vous vraiment prendre la peine de vous faire soigner pour cette pneumonie? Pourquoi ne pas plutôt laisser la nature suivre son cours? (cf. vidéo Euthanasie – panacée ou boîte de Pandore?). Cette personne pourrait être un membre de notre famille ou pourrait être nous-même. 

Le gouvernement fédéral a déposé un projet de loi visant à élargir l’accès à l’euthanasie pour inclure les personnes qui ne sont pas sur le point de mourir, y compris des personnes ayant des handicaps. Cela suscite des craintes chez les défenseurs des personnes handicapées 

En 2019, un rapport gouvernemental a déclaré que les gens choisissent l’euthanasie parce qu’ils ont peur d’être un fardeau, d’être seuls, de manquer de soutien ou de perdre leur dignité et leur importance. Les personnes handicapées sont aux prises avec ces problèmes tous les jours. En tant que société, nous avons la responsabilité de soutenir les personnes vulnérables, et non de les réduire à un silence permanent. 

Prenons action!

Écrire et envoyer des communications à son député est un moyen efficace de manifester notre préoccupation pour ces personnes et de dire que nous ne voulons pas que l’accès à l’euthanasie soit élargi pour inclure les personnes vulnérables qui ne sont pas à la fin de leur vie. 

Compte tenu des contraintes de temps et de soins de santé, le courrier électronique semble actuellement être le moyen le plus rapide et le plus efficace. La Coalition pour les soins de santé et la conscience fournit une plateforme qui permet de rejoindre facilement son député, ainsi qu’un exemple de lettre en ligne qui peut être modifié par quiconque souhaite l’utiliser. Les liens au site Web se trouvent ici : 

https://www.coalitionsanteconscience.ca/gouvernement_federal

Réactions des évêques canadiens 

Après ldéclaration conjointe œcuménique et interreligieuse intitulée Nous pouvons, nous devons faire beaucoup mieuxla CECC a publié le 20 octobre 2020 une réaction au projet de loi C-7 modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir).  

Les évêques du Canada expriment une fois de plus leurs inquiétudes sérieuses concernant ce projet de loi inchangé depuis son premier dépôt le 24 février 2020 et demandent à tous les Canadiens et Canadiennes d’exprimer leur opposition à ce sujet. 

Pour prendre connaissance de cette déclaration, allez faire un tour sur le site web de la Conférence des évêques catholiques du CanadaC’est un changement qui aura un impact très important sur les personnes les plus vulnérables de notre société. 

Vous pouvez également lire la lettre récemment écrite par Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, et suivre l’heure de réflexion et de témoignage Choisir d’espérer et de vivre devant le projet de loi C-7 et l’élargissement de l’accès à la mort, le 12 novembre 2020 à partir de 19h30 en français et 20h30 en anglais sur la chaîne YouTube : « Église catholique à Montréal ».