Abus sexuels sur mineurs: homélie du Cardinal Ouellet lors du Symposium « Vers la guérison et le renouveau »

 

Jusqu’à hier se déroulait à l’université Grégorienne de Rome un important Symposium sur les abus sexuels sur mineurs intitulé « Vers la guérison et le renouveau ».

L’un des moments forts de cette rencontre fut une veillée pénitentielle présidée par le Cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation des évêques.

Son homélie mérite notre attention. En voici un extrait :

La tragédie de l’abus sexuel de mineurs perpétré par des chrétiens, spécialement lorsque commis par des membres du clergé, est une source de grande honte et un énorme scandale. C’est un péché contre lequel Jésus lui-même s’est prononcé : « Si on lui attachait au cou une meule de moulin et qu’on le précipite à la mer, ce serait mieux pour lui que d’entraîner au péché un seul de ces petits » (Lc 17, 2). L’abus est un crime qui en fait provoque une authentique expérience de mort pour des victimes innocentes, que Dieu seul peut réellement ressusciter à une vie nouvelle par la puissance de l’Esprit-Saint. Ainsi, avec une profonde conviction et conscience de ce que nous faisons présentement, nous nous tournons vers le Seigneur et nous l’implorons.

Ce geste de purification engage l’Église tout entière, et chacun de nous – Évêques, Supérieurs religieux, éducateurs, tous les chrétiens – souffre de ce qui est arrivé. Nous demandons que l’Esprit de Dieu, qui guérit et renouvelle radicalement toutes choses, descende sur nous. Comme membres de l’Église, vous devons avoir le courage de demander humblement le pardon de Dieu, et aussi le pardon de ses « petits » qui ont été blessés ; nous devons demeurer près d’eux sur leur chemin de souffrance, en cherchant de toutes les manières possibles à guérir et soigner leurs blessures selon l’exemple du Bon Samaritain. Le premier pas sur cette route est de les écouter attentivement et de croire leurs histoires douloureuses.

Le chemin de renouveau pour l’Église, qui continuera à éduquer les gens et à établir ses propres structures pour aider à prévenir des crimes semblables, doit inclure le sentiment de « plus jamais ». Comme le disait le Bienheureux Jean-Paul II, « il n’y a pas de place dans le sacerdoce et dans la vie religieuse pour quiconque pourrait faire du mal aux jeunes » (Allocution aux Cardinaux des États-Unis, 23 avril 2002, n. 3). C’est intolérable que l’abus d’enfants puisse survenir à l’intérieur de l’Église ! Plus jamais !

L’intégrale de cette homélie se retrouve ici.

Pour retrouver les textes en français de toutes les conférences de ce Symposium.

Pour la seule vidéo de la veillée pénitentielle, voici le reportage de l’agence Rome Reports (en anglais)

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here