Article tiré de la revue Pastorale-Québec, juin-juillet-août 2017

Par René Tessier

C’est un nouveau service qui va certainement répondre à un besoin de plus en plus pressant. L’abbé Laurier Morasse et un couple, Mado Leclerc et Denis Faucher, offrent leurs services pour former des personnes, choisies dans les paroisses, à l’accompagnement de familles endeuillées, jusqu’à la célébration d’un rituel chrétien. L’équipe est dûment mandatée par le cardinal Gérald C. Lacroix, qui y voit « une main tendue aux personnes et aux familles en situation de deuil ».

Des équipes dans les milieux

Comme plusieurs familles n’entrent plus en contact avec leur paroisse dans ces circonstances, les équipes à constituer et former, en concertation avec les responsables pastoraux des communautés chrétiennes, pourront répondre à un besoin exprimé le plus souvent par le personnel des entreprises funéraires. Le document définissant le travail de ces équipes missionnaires insiste d’ailleurs sur l’accueil respectueux et l’écoute des familles éprouvées par la mort. C’est essentiellement à la suite d’un authentique accompagnement de celles-ci que les laïcs désignés pour cette mission pourront ensuite assurer la célébration d’un moment de réflexion au salon funéraire, si possible autour de la Parole de Dieu. Plus précisément, on recommande que ces laïcs engagés sachent « entendre le silence de l’autre sans vouloir le remplir, voir les larmes de l’autre sans vouloir les assécher (immédiatement), saisir les émotions de l’autre sans vouloir les faire nôtres ».

Il ne s’agit donc pas de se substituer aux funérailles qui continueront d’être célébrées dans nos églises. Mais nous savons bien qu’une majorité de familles choisissent désormais de tenir une autre sorte de rassemblement, le plus souvent sur les lieux mêmes où elles reçoivent les témoignages de sympathie.

Cette formule se vit déjà avec succès au sein de la communion de communautés chrétiennes Nouvelle-Beauce (Sainte-Marie et les alentours). Il appartiendrait à l’équipe pastorale du lieu de recruter les quelques volontaires auxquels notre trio de formateurs offrira une préparation : « le pasteur connaît ses brebis », nous rappelle l’abbé Morasse. On présume que les demandes acheminées à la communauté chrétienne recèleront le désir d’une signification religieuse; on veut tout de même accueillir les familles dans ce qu’elles vivent, les écouter et « bâtir une célébration à leurs couleurs ». Mado Leclerc-Faucher ajoute : « Nous ne voulons prendre la place de personne, seulement offrir un service à des gens qui en ont vraiment besoin ». Du reste, si par impossible tous les décès donnaient lieu à des funérailles dans l’église paroissiale, on se demande bien où l’on trouverait les prêtres et les diacres pour les présider. Déjà, plusieurs familles ont bien de la difficulté à trouver un célébrant pour cette célébration.

« N’attendons pas que la situation soit devenue urgente, il faut un minimum de temps pour mettre en place un tel service », indique Mado Leclerc. Laurier Morasse, pour sa part, est convaincu que la rencontre de baptisés engagés avec les familles en deuil saura initier une authentique démarche spirituelle : « Quand on laisse les gens verbaliser ce qu’ils vivent, ça débouche généralement sur la question du sens et l’ouverture à Dieu n’est pas loin ».

Une réponse missionnaire attendue

C’est d’ailleurs le passage évangélique des disciples d’Emmaüs (Luc 24, 13-35) qui inaugure le Guide de préparation pour cette équipe missionnaire. Le projet a été intitulé : « Un dernier pas… un premier pas ». S’il se répand tel qu’on peut l’espérer, il devrait actualiser avec pertinence l’appel du pape François pour un Église qui va « vers les périphéries ». Il suffira aux équipes pastorales de désigner des équipes de deux personnes dans leurs milieux respectifs et de contacter les co-responsables Mado Leclerc et Denis Faucher: premierpas@outlook.com ou par téléphone au 418-387-6222. À l’instar du cardinal Lacroix, nous pouvons implorer l’Esprit Saint de « nous ouvrir des chemins neufs afin que notre présence auprès de nos frères et sœurs les guide vers Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie ».